64e clap sur la Croisette

Publié le par Lily

Affiche-illustrationComme chaque année à cette époque, j'ai le coeur en joie, les yeux remplis d'étoiles, un sourire béat et les jambes qui frétillent d'impatience telle une fashionista victime d'insomnie chronique à chaque veille de soldes... Hum, vous me suivez?

 

Je reprends. La raison d'un tel état d'excitation façon montagnes russes? LE 64E FESTIVAL DE CANNES VIENT DE S'OUVRIR!!!!! Si dans ma famille, les femmes ont toujours mis un point d'honneur à ne jamais louper la "couronnade" annuelle de pintade (pardon, de Miss France/Nationale - crise économique oblige, on en a maintenant deux pour le prix d'une!), moi, les robes longues, je préfère les observer lors de la montée des marches sur la Croisette! Ah, la valse des robes de créateurs, l'élégance de ces messieurs dans leurs smoking "so chic", les tenues les plus incroyables côtoyant les plus improbables...

 

Mais vous rendez-vous compte? TOUT le cinéma du monde international (ouais, j'ai décidé de faire de l'humour aujourd'hui... c'est cadeau!) réuni dans un même lieu pour célébrer le septième art? Ok, dit comme ça, ça peut faire niais. Non, mais en fait, je m'en fous carrément d'être niaise! Vous voulez que je vous dise? Ben j'y suis même allée de ma larmichette (oui, encore... doit y avoir un virus qui traîne) lorsque l'équipe du festival a rendu hommage à Mr President, le mythique Robert de Niro (Bob, je t'aime, I love you, te quiero, te amo. Voilà, c'est dit). Taxi Driver, Raging Bull, Le Parrain, New York, New York, Les Affranchis, Casino, Heat, Jackie Brown, Mafia Blues... Une filmographie qui fait rêver, à laquelle s'ajoute 1900, de Bernardo Bertolucci, où Bob le magnifique  a partagé l'affiche avec notre Gérard national.

Et comme le monde du cinéma peut aussi être bien fait, le grand Bertolucci vient de recevoir une palme d'honneur des mains de Monsieur Gilles Jacob sous le regard admiratif de Faye Dunuway -et de ses jambes interminables qui ornent l'affiche du Festival -, Claudia Cardinale, Woody Allen, Antonio Banderas, Lambert et Owen Wilson (aucun lien de parenté), Salma Hayec, Olivier Assayas, Uma Thurman, Jude Law... et bibi!!! Y'a pire comme guest list!

 

Enfin, bref, voilà deux ans que j'ai les joues toutes inondées à chaquefois que l'on rend hommage au président du jurylogo festival cannes (idem l'an dernier avec Tim Burton). Que voulez-vous : voir autant de génie  condensé en une seule personne, ben moi, ça m'émeut. Et puis, bon, allez savoir pourquoi les cérémoniaux et les hommages me déclenchent indubitablement un débordement lacrymal. La Cotillard aux César pour le meilleur second rôle chez Jeunet, la Laurent pour le meilleur espoir féminin chez Lioret (deux actrices qui ont une légère tendance à me taper sur les  nerfs ces derniers temps), la Thierry (que j'aime beaucoup beaucoup) honorée chez Tavernier, Amalric qui remporte la Palme de la mise en scène l'an dernier, ben au final, ça en fait des litrons de déversés sur mes pauvres joues.

 

Attention : il m'arrive aussi de pester (ok, je l'admets, je gueule carrément comme un putois) toute seule - ou pas, au grand dame de mon entourage - derrière mon petit écran face à des choix incompréhensibles (le dernier en date : Leïla Bekhti, César de la "révélation" dans Tout ce qui brille. Ne me lancez pas sur ce sujet, je peux me fâcher très TRES fort. Presque autant qu'au sujet de Justin Bieber. Mais ça, c'est une autre histoire).

 

En fait, c'est ce qui est merveilleux avec le cinéma : il ne laisse jamais indifférent et provoque toujours des émotions diverses, que ce soit autour de très belles surprises, d'histoires choc, de films particulièrement attendus. Ajoutez à tout cela un sentiment de rêve éveillé, de féérie enchanteresse, de glamour et de fantaisie et vous obtenez un festival de Cannes rempli d'étoiles, d'espoir, d'enthousiasme, de découvertes. Et qu'importe la déception éventuelle du Palmarès tant qu'il restera la magie du cinéma!

 

Il ne me reste plus qu'à vous souhiater un tfestival-cannes-2011rès bon festival à vous!!!

 

(Et vivement les films de Woody,Pedro et Terence Malik. Et celui de Maïwenn aussi. Et de Serge Hazanavicius. Et L'Apolonide. Et La Conquête. Et le Christophe Honoré et le Nanni Moretti. Et le nouveau volet des Pirates des Caraïbes. Et merde, pourquoi je n'y suis pas à Cannes!!!)

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillaume 14/05/2011 12:56



Oui, aussi, une vie passionnante faite de belles rencontres cinématographiques qui m'a donnée l'envie et la motivation de suivre une formation et d'affiner mon style d'écriture.


Bon week-end à toi !


Au 27 !



Guillaume 13/05/2011 08:52



Le festival de Cannes est un bel évènement cinématographique même si il génère autant d'enjeux médiatiques.
Certes, il réunit des actrices, actrices, réalisateurs venus des 4 coins de la planète présenter leurs oeuvres. Des films provoquant une émotion, un sourire, une réflexion définissent une vraie
magie de cinéma pour mieux éveiller notre passion cinéphile et la remplir d'instants magiques...


Tout comme Cannes, la capitale me génére un enthousiasme. Lorsque les lumières ne jaillissent plus, Paris s'éveille autour de vrais souvenirs cinéphiles et d'un autre vrai évènement : Le Festival
Paris Cinéma. C'est pour cela que j'apprécie autant le cinéma.


Je vous souhaite un bon Festival de Cannes et une bonne semaine ensoleillée.



Lily 13/05/2011 09:52



 et une semaine remplie d'étoiles!