Allergies printanières

Publié le par Lily

papillon.jpgça y est! J'ai enfin pu laisser mon manteau au placard et ressortir ma redingote (oui, j'ai une redingote, car la redingote, c'est vintage  donc fashion, non? Non? Ah...). Et quel plaisir d'aller se prélasser au soleil tel un pacha le temps de la pause déjeuner... Certes, il faut se faire violence pour retourner bosser (et la violence ne fut pas douce, c'est moi qui vous le dis), le visage écarlate et les yeux éclatés car bien sûr, les lunettes de soleil sont encore rangées avec le reste des vêtements d'été, mais ça fait du bien moral tout ça!

 

D'ailleurs, selon de nombreuses études scientifiques parues dans des magazines très très sérieux (Elle, Glamour, Marie-Claire, Femme Actuelle et autre Biba), le soleil a des multiples bienfaits sur notre organisme de pauvres mortels : moral stimulé, système immunitaire renforcé, apport en vitamines D bénéfiques à la calcification des os, sensation de bien-être... Bref, un vrai bonheur. Ok, mieux vaut éviter de s'endormir en plein cagnard si on ne veut pas se retrouver avec le teint d'Hellboy (et toujours penser à la crème solaire... la meilleur façon de préserver sa peau de tout plein de cochonneries) et se mettre à squaller d'une manière peu heureuse (oui, ça sent le vécu).

 

Tout ça pour dire que le printemps est là... et son lot d'allergies aussi. Je ne sais pas vous, maisimagesCA0OK5YF.jpg personnellement, à chaque changement de saison, je n'y coupe pas : les yeux qui piquent, le nez qui pleure (parfois, c'est l'inverse), la peau qui mue et toujours la sempiternelle question : POURQUOIIIIIIIIIIIIII???!!!

J'ai beau faire attention, ne pas quitter mon écharpe (car "en avril, ne te découvre pas d'un fil"... tu parles d'une blague), éviter les éternuements environnants, me doper à la gelée royale et à l'actimel, rien y fait, au printemps, je bourgeonne tel un cerisier en fleur (mais en beaucoup moins poétique, faut dire ce qui est).

 

Du coup, ça fait 5 jours que je me balade le nez à la Gégé Depardieu (et croyez-moi, ce n'est pas supernanas.jpgsimple à gérer... ni à camoufler d'ailleurs), que mes yeux ressemblent à ceux des Super Nanas (un dessin animé qui passait il n'y a pas si longtemps que ça... Ben quoi, à chacun sa culture...) et que je me sens aussi dynamique qu'une limace neurasthénique (une maladie bien souvent ignorée chez les limaces).

 

Enfin, ce n'est pas grave, car tel un papillon sortant de sa chrysalide, je vais bientôt pouvoir dire adieu à cette face de chenille et flamboyer de mille feux en paradant avec mon teint de jeune fille.

Quoi? Vous savez bien qu'on se rassure comme on peut...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article