Les mystères du (double) chromosome X

Publié le par Lily

Toutes les filles sont folles 63460Je ne sais pas si vous croyez aux coïncidences (personnellement, ça dépend des jours), mais lors du "debriefing post-fêtes de fin d'année" avec ma copine Nini, je me suis rendu compte d'une réalité inconsciemment acquise, ô combien subtile et pertinente : en fait, les nanas, on est toutes pareilles!

 

Hey, ho, deux secondes bande de râleuses : je vous entends déjà soupirer façon ballon de baudruche percé devant cette remarque a priori banale, à la limite du cliché grotesque. Je ne dis pas que nous sommes toutes des chieuses indécises ascendant girouette qui veulent tout et son contraire en se targant d'être des grandes incomprises -chocolat à foison et ligne de sylphide, vêtements de créateurs et compte en banque bien garni, être méga sollicitée et avoir du temps pour soi, connaître une cuite sans gueule de bois, rencontrer l'homme idéal...- (non, je ne le dis pas). Je dis simplement qu'il est parfois amusant (effrayant?) de voir à quel point les grands esprits se rencontrent!

 

L'anecdote qui déclencha cette réflexion digne d'un Jung einsteinien? La rencontre avec un mec (l'originalité est une notion en voie de disparition, je vous l'accorde....). Nini - puisse-t-elle me pardonner cette légère intrusion dans sa vie sentimentale - a fait la connaissance d'un jeune homme très séduisant le soir du réveillon (PARENTHESE NECESSAIRE : il n'y a qu'elle qui puisse faire des rencontres le soir du réveillon du jour de l'an. Parce que, pour avoir cumulé les réveillons pourraves dans le but (im)probable de faire une jolie rencontre, je peux vous l'affirmer : il  n'y a que Nini pour faire une rencontre un soir de 31).

Et c'est en écoutant ses réactions diverses et variées, ses nombreusesgal scream drew-barrymore scream interrogations et ses remarques si familières - cristallisées notamment autour de LA question qui tue : "Je l'appelle ou j'attends?"- qu'une étrange sensation de "déjà vu" est venue me chatouiller les neurones. "Bon sang, on dirait moi!"

 

Sortons à présent de ce cas particulier pour tenter une approche théorique (c'est le début de l'année, soyons folles!). Nous avons TOUTES vécu une première rencontre. Et, avouez-le, nous avons TOUTES été victimes du syndrome de l'hystérie démentielle (appelé communément "chromosome X"), ce syndrome qui fait perdre la tête et toute dignité même aux filles les plus raisonnablement terre à terre, sensées et réalistes d'entre nous.

 

Le schéma classique : une rencontre, un échange de numéro, des heures voire des jours à s'infliger "la torture du put*^** d'appel" ou celle du "put**^* de mail" pour les "geeks"... Et voilà comment on se retrouve à tenter d'hypnotiser un téléphone ou (et?) un ordinateur en le fixant de toutes nos forces dans l'espoir de recevoir un message de la part du charmant rencontré la veille et qui nous a sorti cette phrase culte : "On s'appelle", sans préciser ni la date ni l'heure, ce qui provoque immanquablement un arrêt cardiaque à chaque message reçu, suivi d'une énorme déception quand le message en question vient du frangin qui voulait savoir si sa présence était absolument nécessaire à l'anniversaire de tata Jeannine.

Bon, là où Nini n'a pas eu de chance, c'est que son Mister Séduction devait lui envoyer un sms le lendemain de leur rencontre...soit, le 1er janvier, LE jour de l'année où  le portable frôle l'indigestion autant que nous.

 

23369da2e4c5618f861ca8991e73c26c4b701a4df0540Mais le pire dans l'histoire n'est pas notre réaction obsessionnelle puissance infinie (et un chouïa flippante, admettons-le). C'est d'imaginer que, pendant qu'on frôle la taquicardie à chaque sonnerie de portable, ces messieurs, dotés du chromosome de la nonchalance (dit "chromosome Y"), poursuivent tranquillement leur train train quotidien sans s'imaginer une seule seconde que la douce et sublime demoiselle rencontrée quelques heures auparavant s'avère être une folle furieuse qui ne craint ni le ridicule ni de se faire éclater la rétine à force de fixer "l'objet de tant d'impatience"...

 

Alors, pour 2011, je vais faire dans l'inédit et cultiver ma part de masculinité (autrement dit, mon insouciance!)... Oh, j'vous laisse : je viens de recevoir un message!!! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article