Ne nous énervons pas

Publié le par Lily

Je l'ai promis, je m'énerverai moins en 2010 - à défaut de ne point m'énerver du tout, ce qui, de nos jours, relève de l'utopie absolue pour toute personne qui n'est ni sous anti-dépresseur ni sous marijeanne ou autre plante que certains qualifieraient de "pacifiste", ou pour toute personne pour qui le bouddhisme se résume à une douce chimère.

L'objet qui est venu me chatouiller les nerfs dangereusement? Eh bien, l'autre jimagesCA3FIHW8our, je tentais de revenir à la vie avec mon amie Cilia. Par un bel après-midi enneigé, nous avions pris la direction du ciné pour aller voir un film grandiose : Alvin et les chipmunks II. Quoi? On a tous besoin de renouer avec notre enfance à un moment ou à un autre. Soit, mon enfance à moi ne m'a jamais vraiment quittée. Toujours est-il que j'étais littéralement pliée en deux (de rire, et non de douleur liée aux effets post-gastro... Voir le post du 05/01) quand les trois petites bestioles ont pris le bol à mixeur pour un manège. ça n'y paraît pas pas mais je vous assure que j'en pleurais de rire (à moins que ce délire eût été simplement causé par les effets de la fièvre?).

Bref, le film se passe, et nous sortons de la salle d'humeur joviale, prêtes pour continuer notre après-midi régressive autour d'un bon chocolat.
Direction le starstuck, vous savez, cette chaîne qui favorise le commerce équitable et qui soutient ainsi les petits producteurs, notamment en Amérique Latine - je tiens à le préciser car j'ai l'impression que pas mal de gens ont un peu oublié le concept.

Une fois la commande passée, nous nous apprêtons à nous installer avant de nous rendre compte de la mission impossible. Plus de la moitié des tables était occupée par des ados en fleurs venus en groupe (pardon pour ce nouveau pléonasme, un adolescent ne pouvant se déplacer qu'en imagesCAPC4PQSgroupe, c'est bien connu) papoter au chaud ou bien préparer leur exposé. Attention, je suis très heureuse de voir qu'il existe encore des lycéens studieux au XXIe siècle! Mais ce qui a le don de m'agacer au plus haut point, c'est de devoir batailler sévère avec des boutonneux qui confondent café et bibliothèque pour occuper une pauvre table et profiter en toute sérénité de ma boisson aux 3 500 calories tout en philosophant sur le monde (incluant quelques ragots, cela va sans dire) en compagnie de ma Cilia.

Nan, mais c'est vrai : quand moi j'étais étudiante -et je suis parfaitement consciente qu'en écrivant cela, je m'expose au risque de passer pour une vieille chouette aigrie alors que cette époque remonte à une demi-décennie à peine, mais que voulez-vous, j'aime le risque! - mes exposés, je les faisais à la bibliothèque, là où on était au calme, où on avait de la place, où l'accès était gratuit et où en plus, on pouvait faire de belles rencontres! Enfin, j'imagine car pour ma part, la seule personne que j'ai rencontrée est l'étudiant péruvien à l'halien de lama de mon UFR qui tentait vainement de dragouiller les minettes du cours de civilisation américaine... Loose une jour, loose toujours?

Alors, soit, je conçois qu'en 2010, les bibliothèques sont, malgré toutes les qualités pré-citées-moins "tendances" que le starstuck. Et qu'aller au Macdo pour refaire le monde autour d'un soda, c'est d'autant moins "hype" que de le faire en dégustant une boisson mixant chocolat, caramel et crème fouettée (quoique les philosophes à la tronche badigeonnée de crème anti-acnée avaient l'air plus préoccupé par les derniers scores obtenus à je ne sais quel jeu vidéo et par les soldes que par l'organisation d'une nouvelle révolution façon Che Guevarra... mais ce n'était peut-être qu'une impression!), mais toute de même, faudrait penser à cultiver un peu son altruisme et essayer d'intégrer que nous aussi, on a besoin de notre lieu de ralliement! Alors, voilà : la guerre est déclarée!

Le plus drôle, c'est quand je suis allée voir la serveuse pour savoir s'il y avait de la place autre part et que celle-ci, me répondant par la négative, me proposa d'aller consommer ma boisson dehors. Vous ai-je précisé qu'il faisait -6°C ? Je veux bien admettre que ma peau s'est quelque peu endurcie depuis l'expérience strasbourgeoise, mais reconnaissez qu'un chocolat n'a pas le même effet qu'un vin chaud. Je suppose qu'il vaut mieux envisager que les remarques de la jeunette se voulaient drôles et non absurdes...  imagesCAV79VNR.jpg

Et n'allez pas croire que je suis soupe-au-lait. J'ai juste les nerfs délicats.
Enfin, je vous raconte tout ça... ça se trouve, face une équipe de rugby complète, le problème de manque de place m'aurait peut-être moins gênée...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cillia 24/01/2010 01:11


lol... j'avais oublié l'étudiant péruvien... que j'ai moi aussi eu la chance de connaître...


Lily 27/01/2010 21:43


un tel spécimen est pourtant inoubliablle! Je crois que c'est la 1ère fois que je voyais un être humain avec autant de dents plein la bouche! limite traumatisant...


Mayalili 11/01/2010 22:52


bah alors ... après ton retour en enfance tu n'es pas passé à la phase adolescente ?? pourtant tes lectures auraient dû aider :p


Lily 12/01/2010 15:28


Ben oui mais non! L'âge ingrat, j'ai déjà donné, alors maintenant, je me délecte!


pauli 10/01/2010 16:50


La maladie est source d´inspiration, en tout cas pour toi. Sors de ton lit et reviens travailler!!! Bisous


Lily 10/01/2010 17:34


Tu ne vas peut-être pas me croire, mais je suis contente de retourner bosser demain! Enfin, contente... le mot est peut-être un peu fort, mais bon, au moins, j'aurai le plaisir de retrouver la fine
équipe! xxx